#LE16CC

Le carnet de Gregory Poitier

Gregory Poitier, ancien journaliste et chroniqueur télé, aujourd’hui propriétaire du restaurant Le Petit Rétro.

Où vivez-vous ?
J’ai rencontré mon épouse, la maman de mes fils César et Roméo, il y 18 ans. J’habitais alors avec bonheur un autre mont parisien : Montmartre. Elle, qui a grandi dans le 16ème Nord, m’a rallié aux atouts de cet arrondissement familial et joliment paysagé, que j’imaginais à tort, dortoir et glacial. Nous nous y sommes mariés. Nos enfants y suivent leur scolarité. Tous les cinq ans, nous changeons de 16ème. Aujourd’hui, nous sommes proches des jardins du Trocadéro. Un décorum époustouflant, la Seine en contre-bas, et la ruche de Passy à quelques foulées.

Un endroit du quartier que vous aimez particulièrement ?
Il y a deux endroits qui m’apaisent dans le 16ème : le Palais Galliera et les jardins du Trocadéro. Pour humer le printemps naissant, les jardins du musée Galliera ont ma préférence. Un havre de paix pour la méditation, ou une lecture au grand air. En voisin, quand j’ai le temps de ce luxe, j’aime rejoindre au petit matin, les leçons de Qi Gong de Gap, une dame adorable qui dispense son art de la méditation en mouvement dans plusieurs espaces publics du 16ème. Un moment sauf du monde, en plein coeur des jardins japonais du Troca, avec la majesté de la Tour Eiffel et de l’esplanade qui vous enveloppent.

Où peut-on vous croiser ?
Mon véhicule de fonction – le triporteur du Petit Rétro – sillonne les artères du 16ème à vive allure toute la semaine. Ce véhicule est très pratique. C’est une sorte de gros scooter avec un toit, que je gare comme une fleur. A la sortie du Petit Rétro, je fais quelques haltes quasi-rituelles dans le quartier.
Premier stop, chez Renoma, rue de la Pompe. Si j’ai de la chance, je croise Maurice Renoma himself, un artiste polymorphe. J’ai toujours adoré ses vêtements et depuis qu’il m’a offert la collection intégrale de ses livres de travaux photographiques, j’éduque mon œil au gré de son sens graphique pointu.
Deuxième pause très fréquente, chez Sophie Séguéla Intérieurs. Jacques, son mari, est un ami fidèle que j’ai beaucoup croisé lorsque je travaillais dans l’audiovisuel. Il a son rond de serviette au Petit Rétro. La nouvelle boutique de décoration de Sophie avenue Victor Hugo a l’air d’un cabinet de curiosité, version XXIème siècle. J’y trouve toujours un objet à offrir pour l’anniversaire d’un ami ou le dîner de copains qui arrive.
Si j’ai du temps à m’accorder, au milieu de la rue de Passy, j’aime m’évader chez Passy Brocante, la seule vraie brocante du 16ème. J’y rapporte, pour moi ou pour le Petit Rétro, des accessoires typés Art Nouveau, un éventail en plumes d’autruche, un vieux cadre, des carafes.
Mais le rituel des rituels, c’est l’indétrônable macaron au chocolat de chez Carette. Ma femme et moi sommes addict !

Ce qui vous plaît dans l’arrondissement ?
Je me suis attaché au 16ème parce qu’il est authentique. Selon moi, il n’est pas surfait : ni bobo, ni bling-bling. Bourgeois, bien évidemment mais par-dessus tout familial et élégant. L’arrondissement est ouvert sur le monde, cosmopolite, voire métissé. C’est un espace de vie assez idéal : de beaux espaces verts, une belle représentation des métiers de bouche, un accès majeur à la culture. On peut faire son jogging au bois de Boulogne, acheter sa viande chez Yves-Marie Le Bourdonnec, se programmer un spectacle de danse au Théâtre de Chaillot ou une exposition au Musée d’Art Moderne de Paris très facilement, dans un cadre de vie rarement saturé.

Vos bonnes adresses et lieux préférés ?
Les trois adresses citées précédemment : la boutique de Maurice Renoma, Sophie Séguéla Intérieurs, Passy Brocante.
Et aussi :
Le bar bibliothèque du Saint James pour un thé l’après-midi;
Les jardins du Pré Catelan pour un pic-nic le dimanche;
Hava Retouches, chez mon copain Galip, le meilleur retoucheur de Paris, au 36 rue Bois levant;
L’Atelier Paulus Bolten, les plus belles patines de Paris pour les souliers masculins;
Les Jardins du l’Illony au 3 rue Mesnil, le fleuriste japonais le plus en vogue du moment, qui réalise des compositions pour les grands  hôtels, les endroits hype comme Les Bains Douches, mais aussi de grandes maisons françaises (Hermès, Piaget). Atsushi Taniguchi a son rond de serviette au Petit Rétro, il met en scène beaucoup de ses compositions au Petit rétro pour les immortaliser dans ses books;
La boulangerie Shou;
La Boucherie Yves Marie Le Bourdonnec, Yves Marie le boucher poète !
La librairie Fontaine;
Le studio Harcourt pour les photos et les crayons à sourcil qui vous donnent un regard de star de cinéma.