#LE16CC

Nom de code : BD 16 !

BD 16, c’est le nom de la librairie de bandes dessinées installée dans le seizième ! Un nom simple et sans chichi, à l’image de la boutique créée par Thomas Belhassen. Rencontre avec ce passionné connu comme le loup blanc dans le quartier. 

Quand avez-vous ouvert la librairie ?
Fin 2006. Parallèlement à mes études de droit, je travaillais dans une librairie spécialisée en bandes dessinées, à Rambouillet, ma ville natale. Après quelques stages professionnels dans le monde juridique, j’ai compris que je serais plus heureux dans l’univers de la BD ! A Paris, j’avais repéré que toutes les librairies spécialisées étaient situées dans l’Est. J’avais donc un argument « de choc » pour me lancer : ouvrir à l’Ouest ! (rire). Par chance, un local se libérait rue de la Pompe, à proximité d’écoles et de lycées. J’ai saisi l’opportunité en espérant que cela marche…

 

 

Cela fait plus de 10 ans maintenant. C’est une affaire qui roule ?
Comme pour les livres, les lecteurs, petits et grands, aiment le contact avec le papier. Dans la bande dessinée, ce plaisir est décuplé avec l’image, les bulles, le style : ligne claire, aplats couleurs… C’est aussi un monde de collectionneurs. De nombreux albums, notamment les mangas, sortent en séries de 10 à plus de 100 volumes. Une fois que vous avez lu les premiers tomes, difficile de ne pas acheter les suivants pour avoir l’intégrale ! A l’instar d’une série TV, certaines sorties de bandes dessinées sont de véritables événements, avec des communautés de fans très captives.

Les lecteurs sont surtout de jeunes ados ?
La librairie a principalement deux types de clientèles : les mamans dont les enfants sont passionnés de bandes dessinées et les enfants eux-mêmes, entre 9 et 13 ans. Dès qu’ils commencent à avoir un peu d’argent de poche, ils viennent à la librairie acheter leurs premières BD, tous seuls. Boule et Bill, Tintin, Michel Vaillant, Largo Winch… Ils lisent des albums régulièrement jusqu’à l’adolescence puis, à 15 ans, leurs centres d’intérêt changent : ils préfèrent les filles, les jeux-vidéos… Je les retrouve lorsqu’ils ont une vingtaine d’années. Parfois, de grands gaillards rentrent dans la librairie et me disent qu’ils venaient enfants. C’est amusant de les reconnaître et de garder ce lien au fil du temps. Ce sont alors de vrais mordus dont il faut piquer et satisfaire la curiosité.

 

 

Il y a peu de filles amatrices de BD ?
En effet. Elles sont moins attirées par les bandes dessinées que les garçons, même si les choses commencent à évoluer. On voit aujourd’hui de plus en plus de dessinatrices dans l’univers de la BD. D’ailleurs, les derniers grands succès de la librairie ont été réalisés par des femmes : Dans la combi de Thomas Pasquet de Marion Montaigne, vendu à 300000 exemplaires – très drôle – et le bestseller Culottées de Pénélope Bajieu. On assiste également à l’émergence d’une nouvelle tendance : les romans graphiques. Avec leurs illustrations soignées et leurs histoires « profondes » abordant des sujets comme le féminisme, le racisme, la philosophie, ces ouvrages cartonnent, notamment auprès d’un public féminin adulte.

Quels sont les ouvrages qui ont le plus de succès ?
Dans le 16ème, ce sont les bandes dessinées historiques, qui plongent les lecteurs au cœur de l’histoire (l’Antiquité, la Seconde Guerre mondiale…) comme Roma ou Il était une fois la France. Les thèmes policiers, les récits biographiques, les adaptations de romans tels que Le Premier homme de Jacques Fernandez d’après l’œuvre d’Albert Camus, marchent très bien aussi. Chez les enfants, le grand succès de l’année, c’est 50 nuances de Grecs, un album amusant qui parodie et détourne la mythologie grecque et  Tu mourras moins bête, une bande dessinée qui vulgarise les recherches et progrès scientifiques. Et bien sûr, il y a les mangas ! La série One Peace vendue à plus de 500 millions d’albums à travers le monde, a ses adeptes en France aussi. La librairie dispose d’un pan de mur entier consacré à ce genre né au Japon.

 

 

Vos coups de cœur du moment ?
Florida de Jean Dytar, un livre au graphisme épuré qui relate la conquête des Amériques par les Huguenots. Une odyssée passionnante où l’on découvre une part de notre histoire méconnue. Mon assistant Silas et moi avons également un gros un coup de cœur pour Le Prince et la couturière, un conte moderne où une couturière tombe amoureuse d’un prince qui aime s’habiller en fille. Bien sûr, on ne pourra pas conseiller la BD à tout le monde dans le quartier (rires) mais si vous aimez les histoires et les dessins audacieux, c’est une lecture ou un cadeau à offrir extraordinaire !

 

 

BD16
43, rue de la Pompe 75116 Paris
Facebook